Présentations des plantes des réunions

Margaret BAKER, Charles BAKER, Orchid Species Culture,

Pescatorea, Phaius, Phalaenopsis, Pholidota Phragmipedium, Pleione,  

Timber Press, 1991, 250 pp. ISBN-13: 978-0-88192-208-0  

et

 M. BAKER, C. BAKER, Orchid Species Culture, Dendrobium, 

Timber Press, 1996, 818 pp, ISBN-13: 978-0-88192-366-7

 

 

               

 

 

Avant de s’enflammer pour les orchidées, Charles Baker avait mené une carrière de météorologiste. C’est là l’explication de son approche extrêmement pointue des conditions climatiques nécessaires à nos petites protégées.

Comme dans leur immense ouvrage consacré aux Oncidium, Odontoglossum et apparentés, les auteurs nous livrent (je cite partiellement mon article paru l’an dernier) « un travail de Titan, dont l’exhaustivité va de pair avec l’austérité : en ces temps d’Internet, il fait l’économie de toute illustration : pas une photo, pas un dessin : rien que de l’information !

Chaque genre est d’abord présenté de façon générale, puis chaque espèce, sans exception, est passée en revue avec une précision vertigineuse. Chaque fiche rassemble toutes les infos botaniques, décrit l’origine et l’habitat, le climat, les divers paramètres de culture, avec un luxe inouï de précision … qui va jusqu’à fournir un tableau des mesures mensuelles (pour chacun des douze mois !) des températures (minima, maxima, fourchettes, en degrés centigrades et Fahrenheit), pluviométrie (en inches et en millimètres), humidité atmosphérique, dates de floraisons, pourcentages de jours lumineux ou couverts par mois enregistrés le matin et à midi, le tout avec les correspondances entre hémisphère nord et hémisphère sud. Vertigineux, hallucinant et impensable ! Un ouvrage inépuisable, à consulter pendant les quelques générations à venir. »

 

L’étude des genres concernés est encadrée par quelques chapitres classiques (comme le b.a. – ba de la culture) ou plus originaux : l’appendice sur les problèmes sanitaires est plus complet, précis et technique que dans la plupart des ouvrages généralistes. On reconnaît là la marque des vrais scientifiques.

Encore deux ouvrages à consulter sans modération.

 

 

 

F. Lejeune