Présentations des plantes des réunions

 

 

 

 

 

 

Des fleurs aux allures royales, aux parfums souvent envoûtants, comment décrire les Lycaste, ces fleurs originaires d'Amérique du Sud et d'Amérique Centrale, voisines des Anguloa avec qui, hybridées, elles ont donné naissance à certaines des plus belles réussites de l'horticulture moderne?..

Comment cultiver correctement les Lycaste ?

Lycaste, nom de la fille de Priam, roi de Troie, est un genre que l'on rencontre plutôt chez les amateurs plus chevronnés. Ou à tout le moins, ayant une certaine expérience de la culture d'orchidées. En effet, bien que la majorité des espèces se cultive sans beaucoup de difficultés, les Lycaste ne sont pas fort populaires. Est-ce du au fait qu'ils demandent une période de repos bien prononcée? Ou bien que durant une partie de l'année, ils se présentent sous forme de bulbes exempts de feuilles? En tout état de cause, les Lycaste nous offrent des plantes dotées de fleurs d'une beauté que je qualifierais de sauvage et dont la forme est assez différente du schéma de base des orchidées.

Un peu d'histoire

Le genre Lycaste fut introduit en Europe vers la fin des années 1790, suite aux expéditions des navigateurs Ruiz et Pavon vers le Nouveau Monde dirigées par les. Ils furent d'abord classés comme Ma.xi/laria. Entre les années 1840 et 1870, ils furent introduites en masse dans nos régions, surtout par George Ure Skinner. Une espèce porte d'ailleurs son nom. C'est John Lindley qui, en 1843, les sépara du genre Maxillaria et les dénomma Lycaste. De nouvelles espèces sont encore découvertes de nos jours.

Description

Lycaste est un genre originaire d'Amérique Latine, vivant du Mexique au Pérou. Quelques espèces sont endémiques des Caraïbes et une de la côte pacifique du Canal de Panama. Elles croissent du niveau de la mer jusqu'à une altitude de 3000 m. Cette dispersion en altitude va bien entendu fortement influencer leurs besoins en culture. Les plantes sont épiphytes ou lithophytes (poussent sur des pierres).

On compte actuellement environ 40 espèces, une douzaine de sous-espèces reconnues et environ 6 hybrides naturels issus de croisements intragénériques.

Les Lycaste sont en général des plantes caduques. Ce caractère est toutefois fort variable d'une espèce à l'autre. Fortement prononcé pour les Lycaste mexicains à fleurs jaunes, comme L. aromatica, fleurissant sur le pseudo-bulbe après la chute des feuilles, cette caractéristique est absente chez certaines espèces comme L. skinneri, qui fleurit alors que la plante porte des feuilles. De manière générale, les fleurs sont de forme triangulaire, avec un coeur enroulé, de structure cireuse. Elles sont de couleur jaune, rose, blanche, verte, orange et brune. Ces fleurs apparaissent isolées ou en bouquets, sur une courte hampe florale issue de la base des pseudo-bulbes. Ces derniers sont plutôt arrondis, larges, dotés de deux pointes assez piquantes que l'on sent lorsque les feuilles ont disparu.

Lumière

Les besoins en lumière des Lycaste sont fort variables. Les espèces caduques demandent beaucoup de lumière, comme les Cattleya. Plus elles en reçoivent, mieux elles croissent, surtout lors de l'apparition des nouveaux pseudo- bulbes. Par contre, les espèces qui conservent leurs feuilles, se contentent d'une lumière tout à fait "normale". Parfois même, en période de forte luminosité et de chaleur, comme en été, elles se porteront mieux avec un léger ombrage. Quitte à les sortir de la serre et les mettre à l'abri d'une ombrière ou sous un arbre, accrochées à une branche.

Il faut de toute façon leur éviter le plein soleil. Même les plantes caduques voient leurs feuilles se colorer ou porter de vilaines taches brunes causées par des brûlures solaires. Les feuilles sont des éléments essentiels de la plante, elles lui assurent une bonne croissance et participent aux échanges énergétiques et respiratoires avec le monde ambiant; on leur portera une attention toute particulière afin d'éviter la nécrose par brûlure.

Température

A nouveau, une distinction doit être faite entre les plantes perdant leurs feuilles et les autres. En effet, les plantes gardant leurs feuilles demandent une température plus constante, avec des écarts plus faibles entre les températures nocturnes et diurnes.

La nuit, la température ne descendra pas sous les 14-15°C et le jour elle sera de l'ordre de 24-26°C min. Ces conditions sont donc celles de la serre tempérée à tempérée chaude. Les plantes caduques, par contre, supportent des écarts beaucoup plus importants. Ainsi, la nuit, la température nocturne tournera autour des 10°C et le jour pourra monter jusqu'à 3°C. Cette forte chaleur diurne n'est toutefois pas obligatoire. La basse température nocturne nous indique que la plante requiert les conditions de la serre tempérée froide à froide. Surtout durant la période de repos hivernal.

Arrosage et humidité

Dotés d'une très forte croissance lors de la période végétative, les Lycaste demandent un arrosage abondant pour soutenir cette débauche d'énergie. Cette période se situe généralement durant nos étés. Toutefois, comme pour beaucoup de plantes, le milieu doit être fort drainant et devrait, idéalement, sécher entre les arrosages. Ne le laissez pas sécher entièrement, car réhydrater un compost desséché est difficile. Veillez donc à ce qu'aucune eau résiduelle ne fasse pourrir le compost et les racines, mais que l'intérieur du pot reste très légèrement humide. Une question de doigté et d'habitude, en somme.

Dès que la période de repos est arrivée, les arrosages sont fortement réduits. Ils sont totalement arrêtés pour les plantes caduques, dès que celles-ci ont perdu leurs feuilles. La période de repos marque en réalité la fin de la période végétative, durant laquelle la plante a "fabriqué" un pseudo-bulbe, réserve de nourriture et d'énergie pour assurer la formation de fleurs et donc la reproduction future de la plante. Etant donné que tout le travail est à ce moment terminé, les Lycaste caducs perdent leurs feuilles - les autres voient leur croissance foliaire s'arrêter totalement - et entrent en repos. La seule chose qu'ils feront encore est de développer une hampe florale au bout de laquelle apparaîtront les fleurs. Il est donc facile de comprendre qu'un excès d'eau ne peut que causer du tort à la plante qui n'a plus les mécanismes chimiques actifs pour l'utiliser.

Lors des arrosages, veillez à ne pas arroser les jeunes pousses amorcées à la fin de la période de repos et qui sont le début de nouveaux pseudo-bulbes. Trop fragiles, ces parties sont formées de cellules et de tissus tellement tendres qu'elles seraient irrémédiablement détruites. Certaines espèces voient aussi leurs feuilles se marquer assez rapidement si des gouttes d'eau stagnent après un arrosage abondant à la lance d'arrosage. Attention donc de ne pas défigurer vos plantes.

Plantes épiphytes, elles apprécient une humidité ambiante de 50-70 %. A nouveau les plantes caduques supportent une atmosphère moins humide. Une circulation permanente de l'air dans la serre favorise la répartition de l'humidité et évite l'apparition de vilaines taches noires causées par des maladies cryptogamiques. L'un ou l'autre ventilateur placé à bon escient dans la serre est le meilleur moven d'arriver à cette fin.

Fertilisation

Les Lycaste sont des plantes gourmandes: ils demandent beaucoup d'engrais lors de leur croissance. Un engrais riche en azote (N) du type 30-8-6 leur sera administré lors de la croissance estivale.. Vous pouvez utiliser des engrais minéraux ou organiques. Certains utilisent du sang séché, ou du maërl, saupoudré à la surface du compost. Ainsi, lors de chaque arrosage, un peu de poudre est dissoute et emmenée vers l'intérieur du pot où cette solution est convenablement et facilement absorbée par les racines. Attention toutefois au dosage pour ne pas brûler la plante. Lorsque, vers l'automne, la croissance végétative ralentit, il est conseillé d'appliquer un engrais contenant plus de phosphore (P), afin de stimuler la plante à former une hampe florale. Un engrais du type 10-30-15, par exemple est très bon.

Substrats-compost

Les Lycaste sont rempotés au début du printemps, lorsque la végétation se remet en route: une nouvelle pousse de pseudo-bulbe apparaît à la base du bulbe de la saison passée. C'est à ce moment que le rempotage perturbe le moins la plante.

Comme les Lycaste ont des racines peu charnues, sans toutefois être très fines, le compost le plus indiqué sera de granulométrie moyenne. Peu importe que vous fabriquiez vous-même votre compost ou que vous l'achetiez tout fait, évitez aussi bien un compost fort disparate que trop fin, ayant tendance à compacter.

Le rempotage est aussi le moment choisi pour scinder en plusieurs morceaux une plante devenue trop imposante. La règle générale de trois pseudo-bulbes minimum pour assurer une bonne reprise est ici aussi d'application. Prévoir qu'une séparation doit durer au moins deux à trois ans: choisir le compost, mais aussi la taille du pot en conséquence. La plante est alors placée dans son pot de telle manière que les anciens bulbes soient le plus près d'un bord et la nouvelle pousse orientée vers le centre. Cette façon de faire donne suffisamment de place à la plante pour se développer pendant plusieurs années. Les racines seront libérées de l'ancien compost et, en cours de rempotage, elles seront bien étalées pendant le remplissage du pot. Ainsi, elles se répartiront de manière homogène dans le pot et assureront une bonne prise et une bonne stabilité.

Les Lycaste sont presque toujours cultivés en pot. La raison réside vraisemblablement dans la forme de la plante. Les grandes feuilles surplombant des pseudo-bulbes beaucoup plus peuvent rendre une culture sur support plus difficile. Toutefois, cette façon de procéder reproduit plus fidèlement le port réel des Lycaste: n'oublions pas que ce sont des plantes épiphytes et que donc, elles se porteront comme un charme sur un morceau d'écorce, ou un morceau de liège, voire un fanjan ou un montage avec de la laine de roche. Le seul impératif à respecter est de conserver les racines suffisamment humides, ce qui est une tâche requérant plus d'attention que la culture en pot.

Maladies - insectes

Les Lycaste sont peu attaqués par des insectes, sauf au moment où la nouvelle pousse apparaît: elle est alors la proie des pucerons, car ses tissus sont tendres et faciles à croquer et à sucer. Devenant plus durs lors de la croissance, ceux-ci sont alors abandonnés par les insectes , qui s'en vont vers d'autres proies plus faciles.

Ilfaudra par contre prêter une attention particulière petits escargots qui se cachent sous le compost et

sortent qu'une fois la nuit tombée. Je vous passe sous silence que ces voraces causent.

Les feuilles sont fort sensibles aux maladies crytoqamiques.~ . Les principaux symptômes sont l'apparition de vilaines taches brunes et noires, à l'endroit où de fines d'eau ont stagné après un bel arrosage. Un fongicide

en viendra à bout,mais le mal est alors fait et cette partie nécrosée qu'est la tache ne partira que lorsque la plante perdra " sa feuille. Dommage! Un moyen prophylactique: éviter au maximum de l'eau sur les feuilles ou ventiler le plus vite et le plus fort possible après un arrosage, pour diminuer le temps de contact de l'eau sur les feuilles. L'utilisation de ventilateurs dans la serre aidera beaucoup.

 

 

Cephalotus