Présentations des plantes des réunions

 

 

 

 

On la surnomme l'orchidée pensée. Par allusion à cette somptueuse fleur printanière qu'est la pensée, déclinée dans toute une gamme de couleurs chaudes.

Comment cultiver correctement les Miltonia ?

Miltonia, plante américaine, compte parmi les orchidées les plus décoratives tant par ses formes que par ses couleurs, souvent vives, les associant à nos petites pensées de jardin dont elles ont quelque peu l'éclat. Miltonia a servi à fabriquer, à très grande échelle, de nombreux hybrides, tous plus colorés les uns que les autres. Genre voisin des Oncidium, Odontoglossum et Brassia, ce genre a également servi à la création d'hybrides intergénériques d'une beauté fort enviée. Les collections comptent en général plusieurs de ces multiples hybrides. Toutefois, quelques espèces botaniques sont également cultivées tant pour leurs qualités esthétiques que pour leur intérêt botanique. Nous les passerons en revue ci-dessous.

Le genre Miltonia a été décrit par Lindley vers 1835­1840 et dédié au comte F.W. Milton, grand orchidophile anglais.Les Miltonia sont aussi souvent associés à un genre fort proche, Miltoniopsis, qui veut dire "ressemble au Miltonia". Ces deux genres ont été scindés vers 1975. Toutefois leurs modes de culture sont forts semblables. Nous les aborderons donc en commun.

Description

Les Miltonia / Miltoniopsis sont issues d'Amérique Centrale, des Andes, de l'intérieur du Brésil, du Pérou et de quelques pays limitrophes. On en dénombre actuellement quelque 23 à 25 espèces botaniques différentes. Plantes sympodiales, elles ont un mode de croissance horizontal, développant des pseudo bulbes reliés les uns aux autres par une tige rigide pouvant être courte (quelques mm) à assez longue (plusieurs cm). Ce dernier mode de croissance ne facilite en aucun cas la culture en pots, la plante demandant alors un rempotage très régulier car elle a vite tendance à sortir du périmètre de son contenant. Les pseudo bulbes ont quelques cm de longueur et sont enveloppés dans une gaine de feuilles oblongues. Deux feuilles, persistantes, assez flasques surplombent ce pseudo bulbe. Avec le temps ces feuilles ont tendance à tomber.

Les Miltonia sont des plantes épiphytes, poussant accrochées au creux des branches, où elles trouvent l'humus nécessaire fournissant leur alimentation en eau et sels minéraux. Les fleurs apparaissent le long d'une tige de 15 à 45 cm de long, flexible ou rigide, partant de la base du pseudo bulbe et se présentant au nombre de 3 à 10 par tige florale. Chaque pseudo bulbe peut produire une à deux tiges florales. Lorsque l'on sait que ces orchidées aiment se ramifier et produire deux à trois pseudo bulbes en même temps lors d'un cycle de croissance, il est possible d'imaginer la magnificence d'une abondante floraison. Les fleurs persistent durant 3 à 5 semaines et dégagent dans beaucoup de cas, un parfum fort, suave à piquant, persistant.

Un point important à signaler est que, selon leur répartition géographique, nous rencontrons dans le genre Miltonia des plantes de serre tempérée à tempérée - fraîche, issues des hauts plateaux des Andes, de Bolivie et du Pérou, aux pseudo bulbes plus arrondis, verts, aux feuilles également bien vertes, à la croissance compacte et d'autres, demandant plus de chaleur, de serre tempérée - chaude à chaude, principalement du Brésil et Amérique Centrale, aux pseudo bulbes plus allongés, plus jaunâtres, présentant une croissance plus allongée, plus rampante.

Lumière

Miltonia pousse dans les arbres, accrochée là où elle trouve prise. Certainement pas à la cime des branches. Cette caractéristique est déterminante dans la quantité de lumière requise par le genre: moyenne, celle d'une serre ombrée. En appartement, Miltonia se satisfait d'un appui de fenêtre situé à l'est voire même au nord ... pour autant qu'on lui apporte un petit complément les jour d'hiver, assez courts. Elle se satisfait d'une intensité lumineuse de quelques 1000 à 1200 lux. Toutefois, les espèces demandant un peu plus de chaleur, demandent aussi plus de lumière et requièrent au minimum 2000 lux.

Température

 

Comme abordé lors de la description du genre, nous rencontrons des plantes de serre tempérée et de serre chaude.

Les Miltonia de serre tempérée sont sensibles à la température minimale qui ne devrait pas descendre sous la barre des 10 à 12°C. Les autres espèces, de serre chaude, demandent au minimum, une température de croissance de 21 à 24°C sans toutefois descendre sous les 15°C. Un respect scrupuleux des températures minimales évitera à l'amateur bien des désillusions. En effet, Miltonia est très sensible à cette limite inférieure et ne supporte pas de la dépasser: la croissance s'arrête directement et irrémédiablement, les feuilles jaunissent rapidement, tombent et les pseudo bulbes pourrissent très vite, prenant un aspect désolant, la plante étant bonne à jeter en très peu de temps.

Certains n'hésitent pas à donner une température moyenne - tempérée ou chaude - assez constante à leurs plantes, celles-ci ne semblant pas être sujettes à une période de repos aussi marquée que leurs voisines Odontogossum et Oncidium.

 Arrosage et humidité

A nouveau un paramètre fort délicat car lié étroitement à la température de conservation des plantes en culture. Miltonia ne supporte pas d'être arrosée trop fréquemment, mais il faut conserver, toutefois, une humidité permanente au niveau des racines. Cela suppose de laisser le compost sécher superficiellement entre deux arrosages pour autant que l'on cultive la plante en pot. Personnellement favorable à la culture en pots de terre cuite, mes Miltonia sont les seules plantes qui me posent problème dans ce type de contenant et c'est pour cette raison que je les ai placées soit en épiphytes (support racines nues ou caissettes en bois fort aérées), soit en pots en plastique. Bien que mouillant fort les plantes, lors des arrosages, je porte une grande attention à leur fréquence, évitant d'arroser si le compost présente trop d'humidité résiduelle.

Les plantes cultivées en épiphytes sont placées à proximité d'un humidificateur projetant en permanence un nuage de fines gouttelettes d'eau. Attention: proximité ne signifie pas que les plantes soient mouillées ... elles ne le supporteraient pas. Mais l'humidité ambiante autour des racines est assez élevée sans pour cela connaître de condensation sur les feuilles avec écoulement au creux de la tête du pseudo bulbe. En été, quand le soleil tape sur la serre, je rencontre parfois un problème de trop grande sécheresse: les pseudo bulbes ont tendance à se ratatiner un peu et les feuilles, en pleine croissance, sortent difficilement de leur fourreau et recroquevillent. Cette déficience dans la croissance est irréversible: tant que les feuilles ne seront pas tombées, les plis à leur base resteront visibles des années durant.

Engrais

Miltonia n'a pas vraiment besoin de repos. Donc un apport régulier d'engrais peut être considéré comme la règle. Il convient juste de respecter les règles classiques liées aux engrais que je me plais à répéter: rincer régulièrement le compost par un ou deux arrosages sans engrais tous les 4 à 5 arrosages avec engrais pour éviter les brûlures aux racines et enfin, bien doser les engrais adéquats. Cela veut dire: diluer très fortement les engrais minéraux donnés (à nouveau contre les brûlures) et alterner les engrais pour la croissance et ceux pour la floraison (voir les balances N-P-K).

Substrats et composts

Epiphyte, Miltonia demande, en culture en pot, un compost fort drainant mais retenant suffisamment d'eau pour humidifier convenablement les racines. Etant donné que les racines sont fines et poussent en un réseau fort dense, le compost sera de granulométrie moyenne à fine, contenant peu de gros morceaux. Les mélanges classiques conviennent parfaitement. Libre à chacun d'utiliser son propre mélange également. Un apport de fin charbon de bois est bénéfique contre le pourrissement des racines.

Pour une culture sur support, un morceau d'écorce bien rugueux fera parfaitement l'affaire, ou un bloc de fibres de coco ou tout autre support permettant de fournir un bon point d'ancrage aux racines sans qu'elles ne se dessèchent trop et trop rapidement.

Le rempotage des plantes se fait assez régulièrement étant donné la croissance horizontale de certaines espèces: quand la plante croît hors de son pot, quand le substrat est tassé et ne permet plus aux racines de bien respirer, quand la plante est instable, ...alors on procède au rempotage. Attention à la fragilité des racines. Heureusement, fort touffues, elles supportent quelques petits chocs.

Si une plante devient trop encombrante, elle sera scindée, pour autant que chaque nouvelle plante présente au moins 3 pseudo bulbes bien vivants. Bien fixer la plante à un tuteur stable dans le pot. Veillez aussi à ce que votre matériel soit bien propre. La période la plus favorable à un rempotage est la fin de l'été.

Maladies - insectes

Les Miltonia sont sensibles à certains insectes et à certaines maladies cryptogamiques (moisissures). Les jeunes pousses sont terriblement fragiles et sont la proie des insectes suceurs et broyeurs autant que de "La" goutte d'eau tombée par inadvertance lors d'un arrosage": pourriture garantie à très court

terme. Les insecticides traditionnels sont alors d'usage. Les limaces sont, je ne sais pour quelle raison, rarement un problème. Peut-être la plante sécrète-t-elle une arme secrète, mais jamais je n'ai vu un Miltonia de ma serre transformé en dentelle, alors que d'autres plantes voisines, par contre,...

Les insectes les plus virulents sont toutes les variétés de cochenilles, qui s'installent sur les feuilles, les pseudo bulbes, les tiges florales et sécrètent un suc collant attirant très vite fourmis et moisissures noires. Les thrips forment une deuxième catégorie d'insectes prédateurs de premier plan. A éliminer tout aussi rapidement.

Je n'ai jamais eu de plante virosée. Les taches noires, rondes, de moisissures sur les fleurs, sont également un fléau difficile à combattre. Toutefois, avec mes ventilateurs tournant en permanence, cela ne pose pas de problèmes.

Quelques espèces sont proposées dans le tableau de la page suivante.

Nous n'aborderons pas les innombrables hybrides existant actuellement en collections, tant naturels que réalisés par la main de l'homme. Il est à noter toutefois que la dernière espèce citée dans le tableau, M. vexillaria, a été à la base d'un très grand nombre d'hybrides pour la forme aplatie de sa fleur et la douceur de ses coloris. M. roezlii a servi à introduire une note parfumée dans certains hybrides.

Particularité des plantes issues de croisement: un très grand nombre ont "reçu" la particularité d'être parfumées, parfois très (trop) fortement, à en devenir envahissant.

Espèce

Pays

Culture

Clarté

Fleurs

M.candida

Brésil

s.chaude

++

3-5 ;8cm

brun marron, jaune

M.clowesii

Brésil

s.chaude

++

7-10 ;10cm

brun,rose,blanc

M.endresii

Am.Central

s.chaude

++

3-6 ; 6 cm

blanc,pourpre,jaune

M.roezlii

Colombie

s.temperée

+à++

2-3 ; 10 cm

blanc,pourpre,jaune,

parfumées

M.spectabilis

Brésil

s.chaude

++

5-6 ; 10 cm

blanc,rose,pourpre

M.spectabilis var.moreliana

Brésil

s.chaude

++

fleurs+grandes

et dessins+marqués

M.vexillaria(existe plusieurs variétés)

Colombie

s.tempérée

+

5-10 ; 8-10 cm

rose-pâle

Enfin, n'oublions pas, comme cité en début d'article, que des croisements ont été réalisés avec les genres voisins pour donner des hybrides intergénériques comme Miltonidium (Miltonia et Oncidium) ou Miltondda (Cochlioda et Miltonia).

 

J. Clinckemalie