Présentations des plantes des réunions

 

 

 

 

 

 

 

Prosthechea cochleata (L.)W.E.HIGGINS 1997

Inspiré de la revue Die Orchidee, vol 58 

 

 

Nom de base : Epidendrum cochleatum L. 1763

Synonymes :

Epidendrum lancifolium Pavon ex Lindl. 1831

Epidendrum cochleatum var. pallidum Lindley 1853

Anacheilium cochleatum (L.) Hoffmannsegg 1842

Phaedrosanthus cochleatus (L.) O. Kuntze 1903

Epidendrum cochleatum var.costaricense Schltr.1923

Encyclia cochleata (L.) Lemee 1955

Encyclia cochleata (L.) Dressler 1961, nom.illeg.

Encyclia lancifolia (Lindl.) Dressler et Pollard 1971

Hormidium cochleatum (L.) Brieger 1977

 

Origine : On trouve Prosthechea cochleata en Floride, en Amérique Centrale et aux Iles Caraïbes, en Colombie, au Venezuela et en Guyane, jusqu’au Surinam et à la Guyane française.

Cette espèce est épiphyte ou lithophyte et vit dans les nuages ou les forêts humides entre 0 et 1000 m d’altitude.

 

Description : Prosthechea cochleata est constituée de pseudo-bulbes ovales, en forme de poire, et serrés les uns contre les autres. Ils mesurent entre 6cm et 20cm. Ils sont surmontés de feuilles mesurant entre 20cm et 30cm de long, pour maximum 5cm de large.

L’inflorescence, qui peut atteindre 50 cm de long et qui comporte plusieurs fleurs, sort de la partie supérieure des feuilles. Les sépales de 4 à 7 cm sont légèrement plus longs que les pétales. Tous deux sont étroits, allongés en forme de lance et torsadés, de couleur jaune-vert. Le labelle est en forme de coquillage et tourné vers le haut, alors que chez la plupart des orchidées, il est tourné vers le bas. Il est de couleur vert jaunâtre ourlé de  pourpre. La colonne est verte à la base et pourpre à l’extrémité.

La grandeur des pseudobulbes, des feuilles et des inflorescences est fort variable.

Les plantes provenant de Floride n’ont qu’une seule anthère au lieu des trois habituelles. Elle fut placée pour cette raison, dans Epidendrum cochleatum var. triandrum par Ames en 1904.

En 1993 Hagsater la classa comme sous-espèce dans Encyclia

(Encyclia cochleata ssp. Triandra (Ames), et finalement en 2002 dans Prosthechea (HAGSATER).

 

Historique du nom

Cette espèce est l’une des rares orchidées épiphytes connue de Linné. Il lui avait d’ailleurs donné le nom d’Epidendrum (du grec signifiant « qui vit sur les arbres ») et s’en occupa comme des 30 autres espèces épiphytes connues à cette époque.

Par la suite ces orchidées furent reclassées dans d’autres espèces et sous-espèces.

La Prosthechea cochleata fut d’abord décrite par Plumier (1703) sous le nom composé Helleborine cochleato flore.

Burmann,  la mentionna donc  sous ce nom dans sa publication des travaux de Plumier (1758).

Linné (1763) la renomma Epidendrum cochleatum lorsqu’il inventa sa nouvelle nomenclature binominale.

L’espèce fleurit pour la première fois en tant qu’orchidée épiphyte en 1787 dans le Jardin Royal Botanique de Kew.

 

Cette espèce avait été envoyée des îles indiennes  vers l’Angleterre l’année précédente. 

En 1842, cette espèce fut placée dans une nouvelle nomenclature en tant que Anacheilium cochleatum par HOFFMANNSEGG.

Hooker décrivit en 1828  l’espèce Encyclia avec comme plante type Encyclia viridiflora.

En 1840 Lindley la classifia dans Epidendrum sous-groupe Encyclium.

La nomenclature Encyclia resta non utilisée Jusqu’à ce que Schlechter (1915) la réutilisa ainsi que d’autres taxonomistes et y ajoutèrent d’autres spécimens. 

En 1839 Lindley modifia la classification des Epidendrum et le divisa en sous groupes, notamment  Osmophytum avec comme plante-type Epidendrum fragrans.

Epidendrum cochleatum entre autres fut classée dans ce sous groupe.

Dans les années soixante, Dressler et Pollard sortirent les Epidendrum hors des Encyclium et Osmophytum, à cause du labelle et de la colonne d’aspect différent, et Dressler (1961) l’appela  Encyclia cochleata, en utilisant la même dénomination que Lemée (1955).

En 1981, l’espèce fut revue et reclassée dans Anacheilium et Hormidium par Pabst et Moutinho afin de pouvoir compléter par d’autres plantes difficiles à classer. 

Le nom d’espèce Hormidium et plus précisément Anacheilium ne put s’imposer, de sorte que Encyclia continua à être utilisé.

En 1997, Higgins sortit environs une centaine de plante de l’espèce Encyclia et les transposa dans l’espèce Prosthechea suite à une analyse ADN, avec comme élément de base que Prosthechea avait priorité sur Hormidium.

Dans leur nouvelle publication, Withner & Harding (2004) ont à nouveau scindé l’espèce Prosthechea et ont continué dans le même sens que Pabst (1981). En plus on transféra une bonne partie d’espèces  de Prosthechea vers Anacheilium.

Bien que les taxonomistes aient été d’accord avec Withner & HARDING, le nom  Prosthechea prit l’avantage, et Anacheilium ainsi que Encyclia furent considérés comme synonymes.

 

 

Etymologie 

 

 Le mot cochleata signifie « en forme de cuillère » et fait référence à l’aspect du labelle. Les anglais les appellent « cockle shell orchids » (cockle shell = coquillage).

 

Culture 

L’Encyclia cochleata est une plante des régions tempérées, qui supporte aussi bien le tempéré chaud, que le tempéré froid. Elle n’est vraiment pas exigeante. Par contre, elle apprécie un endroit lumineux avec une bonne ventilation. L’humidité atmosphérique devrait se situer entre 60% et 80%. Elle n’a pas de période de repos très prononcée, c’est pourquoi elle ne doit jamais être complètement sèche.  

Ce fut ma seconde orchidée et je l’ai depuis octobre 2003. 

Je la cultive en pot dans un substrat fait d’écorces de pin de granulosité petite à  moyenne. Environs tous les quinze jours, je lui donne de l’engrais de type 10/10/10 en période de croissance (entre avril et octobre). Je la sors dès que le temps le permet pour qu’elle ait plus de lumière. Elle a fleuri chaque année entre le mois d’octobre et de décembre. 

Au début de cette année, elle n’avait pas l’air en forme, et par transparence, j’ai vu des genres de filaments blancs dans le pot.

C’était des champignons, identifiables à l’odeur caractéristique qu’ils dégagent dès que j’ai retiré la plante du pot. J’ai bien rincé les racines et le pot avec une solution fongique, et j’en ai profité pour la diviser, car des 4 pseudo-bulbes du début, elle est passée à 23, et à 26 maintenant.

On la trouve de plus en plus rarement au profit d’hybrides qui ont la cote actuellement.

 

Quelques hybrides : 

Prosthechea cochleata x Prosthechea baculus = Prosthechea L’étrange (Marcel Lecoufle 2005)

Epidendrum cochleatum x Broughtonia sanuinea = Epitonia Lilac (Kirsch 1960).

 

 

Claudette