Présentations des plantes des réunions

 

 

 

 

 

Tribu : Vanda

Sous-tribu : Angraecine

Plus de 200 espèces composent ce genre dont la répartition géographique se décompose comme suit : 
125 à Madagascar, 10 sur le continent Africain et le reste s’éparpillant entre les Mascareignes ( Réunion, Maurice),
les Comores et les Seychelles.

C’est en 1804 qu’un Français, Bory de Saint-Vincent, décrivit le genre pour la première fois,
mais c’est seulement en 1973 que le Dr L.A. Garay fit une refonte complète du genre en la divisant en 19 sections différentes.

Espèce épiphyte, l’Angraecum est une plante monopodiale dont les feuilles distiques sont très variables quant à leur longueur et largeur.
Les racines de ces orchidées sont en général assez grosses, comme celle des Vanda, aériennes et longues.
Les fleurs ont toutes un point commun très visible : leur éperon, réserve à nectar pour les insectes pollinisateurs.
Cet éperon peut dans certains cas atteindre plus de 25 cm de longueur : c’est le cas de l’Angraecum sesquipedale.
Les fleurs, en général de couleur ivoire, parfois vert clair, sont de texture épaisse, d’aspect cireux.
Elles émettent durant la nuit un extraordinaire parfum, lourd, composé d’essences et principes odorants très recherchés,
dont le seul but est d’attirer ces insectes pollinisateurs.
Les Angraecum sont des plantes très tolérantes dont la culture n’est absolument pas difficile, même en appartement et même pour des débutants.

Culture

Les différences de température s’expliquent par le fait que les Angraecum poussent à des altitudes de 0 à 2100m.
Un ombrage de 50% en été leur convient très biens.
Etant des plantes épiphytes, elles ne demandent pas mieux d’être réinstallées comme telles : les supports habituels,
comme les fanjans, cep de vigne, tronc d’arbre, écorce de liège…feront parfaitement l’affaire.
D’autre part, il est possible de les cultiver en pots remplis de compost traditionnel.
Ne connaissant pas de repos végétatif, les Angraecum doivent être régulièrement et 
abondamment arrosés et bassinés pendant leur croissance.
A ce moment, une humidité élevée est souhaitable.
Il est aussi bien concevable que lorsque la plante ralentit son rythme de croissance,
il s’ensuit une diminution des arrosages et des engrais.
La fertilisation se poursuit durant la période de croissance au moyen d’un engrais équilibré qui leur convient parfaitement.

Serre froide

A. magdalenae
A. rutenbergianum
A. sororium
A. striatum
A. mystacidii
A. thomsonii

Serre tempérée

A. compactum
A. erectum
A. calceolus
A. germinyanum
A. didieri
A. obesum
A. bicallosum
A. vignieri
A. humbertii
A. cuculatum
A. elephantinum
A. caudiforum
A. pseudofilicornu

Serre chaude

A. distichium
A. eichlerianum
A. infudibulare
A. eburneum
A. sesquipedale
A. scottianum
A. teretifolium
A. comorense
A. leonis
A. florulentum
A.Veitchii
A. viguieri

 

 Deltenre