Présentations des plantes des réunions

Arrosage et engrais minéraux composés

 

Lorsque tout va bien, il est normal de ne pas se tracasser. S'il en était autrement, mieux vaudrait consulter un psychologue!

Mais dès que surgissent des problèmes avec nos petites chéries, il est indiqué de passer en revue les points essentiels de leur culture : compost, température, humidité de l'air, ventilation, éclairage, arrosage et fertilisation.

L'objet de cet article est de donner quelques conseils concernant l'arrosage et l'utilisation des engrais minéraux composés.

N'oubliez pas de tenir compte des conditions de culture propres à vos orchidées et des genres que vous possédez.

Les valeurs que je donne devraient satisfaire même les espèces les plus fragiles. De nombreux cultivateurs ne rencontrent aucun problème avec des valeurs différentes car ils n'ont pas d'espèces très sensibles à la qualité de l'eau.

1. Les sortes d'engrais

Les engrais organiques

Ils n'ont pas été traités chimiquement et sont issus pour la plupart de sous-produits de l'industrie agricole au sens large: algues, fumiers, guano de poisson, marc de raisins, sang séché, corne ou os broyés, etc... Ils ne sont pas assimilables directement par les plantes car ils doivent d'abord être décomposés par des micro-organismes.

Ils ne sont pas l'objet de cet article. Les engrais minéraux

Sont, soit des substances naturelles ayant subi des transformations pour les rendre plus facilement assimilables par les plantes, soit des produits de synthèse chimique.

Les engrais composés

Sont des engrais minéraux qui comprennent au moins deux éléments. La plupart contiennent trois macros éléments (en grande quantité) : l'azote (N), le phosphore (P), le potassium (K) et, de plus en plus, le magnésium (Mg); ainsi que des oligo-éléments (uniquement des traces) dont le brome (B), le fer (Fe), le cuivre (Cu) etc ... Nous ne discuterons pas ici des oligo-éléments qui se trouvent dans des dosages suffisants dans les engrais modernes.

2. Rôle des macros éléments

Les recherches les plus récentes viennent bousculer les idées que nous avions à propos du rôle joué par l'azote, le phosphore et le potassium.

Dans un mélange de 80% d'écorces et 20% de tourbe, l'utilisation de 6 engrais ayant des proportions différentes de N, P et K, induisant différents effets sur l'acidité, et contenant ou pas de l'urée, a donné les mêmes résultats, tant au point de vue de la croissance des plantes que de leur floraison (1).

La taille des plantes est influencée plus par le phosphate (P) que par n'importe quel autre facteur (2). Ces premiers résultats sont assez déroutants et ceux qui suivront le seront probablement encore plus. Personnellement, j'utilise depuis plus de huit mois le même engrais (4.8.8) avec de très bons résultats sur mes 70 orchidées.

3. Acidité de l'eau

L'acidité est indiquée par le pH. Un pH de 7 signifie que votre eau est neutre, ni acide ni basique. Un pH<7 (par exemple 6) signifie que votre eau est acide. Un Ph>7 (par exemple 8) signifie que votre eau est basique (alcaline).

Les orchidées devraient être arrosées avec une eau légèrement acide (entre 6 et 6,5). L'exception, les paphiopedilum qui nécessitent un pH de 6,8 au minimum, pour autant qu'on introduise des éléments tels que du calcaire, de la dolomie, des coquilles d'huîtres pilées etc... dans le substrat des espèces les plus gourmandes en calcium et magnésium.

Une eau trop acide risque de brûler les racines des orchidées. Une eau trop alcaline empêche les racines d'absorber certains éléments nutritifs.

L'azote peut être présent dans l'engrais sous trois formes : l'azote uréique, l'azote nitrique et l'azote ammoniacal.

L'azote uréique est à éviter parce qu'il n'est pas assimilable directement par les plantes et va s'accumuler dans le substrat.

L'azote nitrique va abaisser le pH (rendre le mélange plus acide).

L'azote ammoniacal va remonter le pH (rendre le mélange plus alcalin).

Les engrais pour orchidées comprennent souvent les deux dernières formes d'azote, mais dans des dosages différents. (Algoflash orchidées contient 2,5% d'N nitrique + 1,5% d'N ammoniacal et rend le mélange d'arrosage légèrement plus acide. Algro pour orchidées contient 0,6% d'N nitrique + 3,4% d'N ammoniacal et rend le mélange légèrement moins acide).

Pour vérifier l'acidité de l'eau ou du mélange eau + engrais, vous pouvez utiliser du papier test ou mieux un pH mètre (3) (magasins d'aquariophilie). Le prix des pH mètres a beaucoup diminué et on peut en obtenir un bon pour moins de 2.000 BEF

Modifier le pH de l'eau

PH ­

-ajouter de l'amoniaque.

-utiliser un engrais riche en azote amoniacal

PH -

-ajouter de l'acide phosphorique.

-ajouter de l'acide acétique(vinaigre)

-utiliser un engrais riche en azote nitrique

-tremper dans l'eau, de la tourbe enfermée dans du linge

-ajouter du jus de citron

 

4. Température de l'eau

II semble qu'il n'y ait pas de problème à arroser avec de l'eau froide. Cela peut cependant provoquer la chute des boutons floraux.

II est donc usage d'utiliser de l'eau à température ambiante.

5. Le dosage de l'engrais

Les 3 chiffres correspondant à N, P et K représentent le pourcentage de chacun de ces éléments dans l'engrais. 100 gr de 10.30.20 contient 10 gr de N, 30 gr de P, 20 gr de K.

Les engrais sont présentés sous forme solide (poudre) à forte concentration (par exemple 20.20.20) ou sous forme liquide (dilué) et donc à concentration plus faible (par exemple 5.5.5)

Un engrais 20.20.20 est 4 fois plus concentré qu'un 5.5.5 et il en faudra 4 fois moins pour le même effet. Parier de x gr par litre n'a donc pas d'intérêt si on ne précise pas la concentration de l'engrais (ses 3 chiffres)

Une autre façon d'exprimer le dosage d'un engrais est de parler en ppm (part par million) d'un ou de tous ses composants.

Calcul du opm total

Calculez le dosage de votre engrais en additionnant ses 3 chiffres:

Pour un 4.8.12 cela fait 24% ou 241100 ou 240.000/1.000.000 Soit 240.000 ppm

Calculez la dilution

Pour 1 cc d'engrais (= 1 ml) par litre cela fait 1/1.000 Multipliez le dosage de l'engrais par sa dilution 240.000 X 1/1.000 = 240 ppm Total.

Calcul du ppm de N Calculez le dosage de N Pour un 4.8.12 cela fait 4% ou 41100 ou 40.000/1.000.000 Soit 40.000 ppm

Calculez la dilution

Pour 1 cc d'engrais (= 1 ml) par litre cela fait 111.000 Multipliez le dosage de l'engrais par sa dilution 40.000 X 1/1.000 = 40 ppm de N

Par expérience, les cultivateurs d'orchidées ont déterminé que le mélange d'arrosage devait contenir de 60 ppm d'N (pour une fertilisation à chaque arrosage) à 150 ppm d'N (fertilisation toutes les deux semaines) (4).

6. La dureté de l'eau

S'exprime en mgll de résidus secs sur nos bouteilles d'eau minérale. C'est le TDS (= total dissolved solids en anglais). 1mg11=1ppm.

Si vous utilisez des bandelettes test pour mesurer la dureté de l'eau, vous aurez une mesure de GH ou dureté générale qui mesure principalement les ions Ca++ et Mg++ et s'exprime en °dH.

KH ou dureté en carbonates (CaCO3) exprimée en °dH.

Si vous utilisez un testeur (3), il vous donnera la dureté en ppm (part par million). 1°dH =17,8 ppm.

Le problème posé par l'utilisation d'une eau trop dure est qu'au fil des arrosages une pellicule de sels va se former autour des racines et finalement les étouffer.

Lorsqu'on ajoute de l'engrais à son eau, on en augmente en même temps la dureté. II est donc important d'avoir une eau la moins dure possible au départ et de rincer régulièrement les orchidées à l'eau claire.

Je conseillerais d'utiliser une eau dont le GH (avant l'ajout d'engrais) est inférieur à 8°dH ou 150 ppm.

Pour les bouteilles d'eau, le TDS devrait être inférieur à 210 mg/l.

Remarque : Les références seront fournies à la fin de l'article.

7. Dureté du mélange eau + engrais

Si vous avez du papier test ou un testeur, vous mesurez directement la dureté du mélange. Vous devriez essayer de garder la GH (eau + engrais) en dessous de 500 ppm (4).

Si vous avez une eau dure (par exemple 250 pp), vous avez avantage à fertiliser faiblement à chaque arrosage (par exemple 1,25 gr de 4.8.8 par litre) afin de conserver le GH (eau+engrais) le plus bas possible (dans l'exemple 250 + 250 = 500 ppm).

8. Fréquence des arrosages

La fréquence des arrosages est fonction de l'humidité ambiante, des substrats, du type de pots ou de montages que vous utilisez. Un bon système est de faire un ou deux pots de substrat sans plante. Vous pourrez sans risque les explorer avec un doigt pour en vérifier l'humidité. N'oubliez pas que certains genres doivent sécher entre deux arrosages (Laelia, Cattleya et alliés) et que d'autres doivent rester humides (Phragmipedium).

Le tableau qui suit est issu d'un numéro hors série de « L'Ami des Jardins » que je considère comme un des meilleurs ouvrages pour le débutant ou l'orchidophile ayant déjà une certaine expérience (5).

 

Arrosez d'avantage quand :

Arrosez moins quand :

La luminosité est forte

La luminosité baisse

(printemps/été)

automne/hiver

La température augmente

La température baisse

L'air est plus sec

L'humidité atmosphérique est importante

L'aération est importante

Le renouvellement d'air est Insuffisant

Le feuillage est abondant

II y a encore peu de feuilles (plantes jeunes ou orchidées caduques)

La plante est en pleine

La plante est au repos croissance

Le milieu de culture est très poreux (écorces de pin )

Le milieu de culture est fin et retient bien l'eau gros calibre

Le pot est en terre cuite

Le pot est en plastique

Le pot est petit

Le pot est grand

La plante est montée dans un pot aéré ou en suspension(caissette ajourée en bois ou treillis)

La plante vient juste d'être rempotée (pendant deux à trois semaines)

 

Dans la pratique, un arrosage par semaine, ou tous les 15 jours selon les genres, devrait suffire pour les

plantes en pot plastique normal. En été, il faut généralement arroser 2 fois plus souvent.

A la floraison, il est conseillé de diminuer légèrement les arrosages en continuant à donner de l'engrais. II semblerait que l'idée pourtant fort répandue selon laquelle

Il ne faut pas amender pendant la floraison , n'ait aucun fondement. 

Dès lors, pourquoi se compliquer la vie ?

Des recherches effectuées sur des Phalaenopsis et des Dendrobium (1) donnent les résultats suivants

En augmentant le dosage d'engrais de 150 à 600 ppm total (voir paragraphe 5) c'est-à-dire en passant de 0,25 à 1 gr par litre de 20.20.20, il y a une très nette amélioration de la croissance des plantes et plus de fleurs plus rapidement.

Donner de l'engrais (à 600 ppm total) à chaque arrosage plutôt que tous les trois arrosages favorise la croissance des pousses des Dendrobium ainsi que leur floraison.

De l'utilisation d'un Compost composé de grosses écorces + tourbe résulte une production de fleurs plus nombreuses que lorsqu'on utilise uniquement des écorces.

La salinité du mélange d'arrosage (600 ppm total) augmente les dommages aux racines.

Remarque: 600 ppm total correspond ici à 200 ppm de N et constitue probablement une limite à ne pas dépasser avec les genres les plus résistants si l'on veut

garder ses orchidées de nombreuses années. Avec les genres à fines racines, il faudra être encore plus prudent. Les essais portent sur un cycle, et il faut voir ce qu'il adviendrait des plantes après quelques années de ce régime.

9. Conseils pratiques - si vous utilisez L'eau du robinet.

a) Acidité

L'eau de distribution est généralement légèrement alcaline (7,3) et, surtout, contient du chlore qui est mortel pour nos orchidées. Si on utilise l'eau du robinet, on laissera l'eau reposer 24 heures dans un seau (grande surface d'évaporation), afin d'éliminer le chlore. Pour acidifier l'eau, se référer au tableau du paragraphe 3.

b) Dureté

La dureté de l'eau de distribution varie fortement de région à région. Si vous la vérifiez au moyen de papier test, je vous conseillerais de rester en dessous de 8°dH. Si vous êtes au-dessus, il vous suffit de mélanger à votre eau de distribution de l'eau de pluie ou de l'eau en bouteille à faible TDS.

L'eau de pluie.

a) Acidité

L'eau de pluie de nos régions est de plus en plus acide (environ 5). Pour remonter le pH, se référer au tableau du paragraphe 3.

b) Dureté

Pas de problème de dureté, le GH est pratiquement nul.

L'eau en bouteille

a) Acidité

Vérifier son acidité puis corriger (tableau du paragraphe 3). b) Dureté

Son utilisation n'est possible, pour des raisons économiques, que si vous ne possédez qu'un nombre limité d'orchidées. Vous devez choisir l'eau qui a le moins de mg/I de résidus secs possible. Je n'ai pas de données précises mais conseillerais d'éliminer les eaux en ayant plus de 210 mg/l. Pour exemple, Delhaize vend, en flacons de 5 litres, l'eau « Montcalm » qui a un TDS de 28,4 mg/1 et qui est parmi les eaux les moins chères.

L'eau d'osmose inverse, d'évaporateur

a) Acidité

Vérifier son acidité puis corriger (tableau paragraphe 3).

b) Dureté

Pas de problème de dureté car elle est pratiquement nulle.

L'eau de source ou de puits

a) Acidité

Testez votre eau pour en connaître le pH et corrigez (tableau du paragraphe 3).

b) Dureté

Ici aussi la dureté peut varier fortement, notamment à cause des nitrates. Ceux-ci ne font pas problème en tant que tels car ils sont de l'engrais. S'il y en a beaucoup (mesurable avec du papier test), utilisez un engrais faiblement dosé en N. Mesurez la dureté de l'eau et agissez comme pour l'eau de robinet.

L'eau d'adoucisseur

N'utilisez jamais l'eau d'un adoucisseur car elle contient des sels toxiques pour vos orchidées.

10. Tableau de dosaqe des engrais

Valeur N de l'engrais

Dosage en gr ou cc /litre

ppm de N du mélange

4

1,5

3,75

60

150

5

1,2

3

60

150

8

0,75

1,9

60

150

10

0,6

1,5

60

150

15

0,4

1

60

150

20

0,3

0,75

60

150

­ 30

0,2

0,5

60

150

Phillipe musschoot

(1) Professeur Yin-Tun Wang du Département des Sciences Horticoles de l'Université du Texas, communication lors du symposium de la Société Américaine des Sciences Horticoles, 25107/00 à Orlando.

(2) Professeurs Paul Nelson et Jin-Sheng Huang, de la North Carolina State University Dep. Of Horticultural Science, et Cheon-Young Song du Collège national d'agriculture de Corée, « Plant height relates more to phosphate than any other factor » in GMPRO, mars 1999. (3) HANNA instruments fabrique des testeurs.

Son site Web est: http://www.hannainst.com

(4) Martin Epstein, Watering and Fertilizing Survey, Orchid Group Digest, 11 avril 2000.

(5) Le monde fascinant des orchidées, des , splendeurs à la portée de tous, numéro hors série de l'Ami des Jardins (vous . pouvez vous le procurer chez votre libraire habituel).