Présentations de quelques plantes de nos réunions

Les dégâts causés par le gel

 

Généralement les températures comprises entre 10 et 27°C sont idéales pour les orchidées, mais occasionnellement , une brève élévation de t°( jusqu’à 38°C) ou une brève chute (0°C) n’est pas nuisible à la plupart des espèces , tant que du gel ne se forme pas sur les feuilles. Le froid provoque des dégâts lorsque la rosée se condense sur la surface des feuilles et que la température de l’air descend sous 0°C.

Prenez en considération la rusticité de la plante lorsque vous ajoutez de nouvelles orchidées à votre collection.Il s’agit de la mesure de la résistance de la plante, de sa capacité à s’adaptera stress dû au froid. Ce degré de résistance au froid est déterminé par les conditions  environnementales et le patrimoine génétique de la plante. Certaines espèces dépérissent souvent à cause d’une température trop basse, tandis que d’autres peuvent les tolérer pendant une courte période.

 

Symptômes des lésions causées par le froid.

 

Habituellement , les symptômes restent imperceptibles durant le choc thermique et ne deviennent visibles que quelques jours après celui-ci.

L’intensité des dégâts varie selon la sévérité du froid et les conditions de culture par la suite.

Des températures fraîches constantes et une humidité élevée après exposition au froid peuvent ralentir le développement des symptômes, tandis qu’une intensité élevée de lumière et des températures chaudes peuvent accélérer ce développement .

 

Le simple coup de froid .

 

Beaucoup de symptômes de lésions dues au refroidissement sont semblables à ceux d’autres troubles, comme par exemple le manque d’eau, la pourriture des racines, la phyto-intoxication chimique, la chaleur et les problèmes de luminosité; ils sont donc difficiles à diagnostiquer.

Les symptômes généraux des coups de froid sont les suivants:

Lésions superficielles des feuilles, piquetage, larges zones creusées et décoloration .

Suppuration suivie de flétrissement et de brunissement.

Décoloration interne des tissus.

Mort plus rapide que selon un processus naturel.

Augmentation des risques d’attaques par les bactéries et les champignons .

Croissance lente et limitée, ce qui est difficile à détecter sans comparaison possible avec des plantes non gelées, ou une connaissance approfondie de la croissance normale de la plante.

 

Le gel

 

Le gel provoque la dessiccation ou la brûlure du feuillage; les régions atteintes suppurent et évoluent en taches nécrosées, qui entraînent la mort d’une partie de la plantes ou de son entièreté. Il arrive que des symptômes évidents n’apparaissent qu’après que la plante a été stressée par des t° chaudes.

 

Protéger ses orchidées du froid.

 

Les orchidées, même celles de nos régions, peuvent être touchées par un hiver rigoureux.

Plus vous serez attentif, meilleurs devraient être les résultats.

 

Assurer une bonne santé générale aux plantes.

 

Beaucoup d’orchidées peuvent supporter des t° avoisinant 4°C pour une courte durée sans pour cela subir de dégâts si elles sont en bonne état général.

Si une plante subit un stress d’arrosage ou souffre d'une déficience nutritive , elle sera beaucoup plus fragile, et moins capable de se rétablir après un refroidissement.

 

Rentrer les plantes à l'intérieur. 

 

Les plantes en pots cultivées à l'extérieur peuvent être rentrées dans un garage chauffé ou tout autre local protégé du froid. Si ce n'est pas possible, déterminez d'avance les plantes qui ont le plus de valeur pour vous. Ce n'est pas une mauvaise idée de les marquer avec une étiquette de couleur ou de les rassembler dans un endroit particulier. Ainsi, s'il vous faut les rassembler d'urgence, elles seront facilement repérables parmi les centaines que vous possédez peut-être.

Notez également, avant l’hiver, quelques plantes de votre collection détestent le froid. De nombreuses orchidées couramment cultivées supportent des températures hivernales d'environ 13° C la nuit, notamment des espèces résistantes de Vandas, Stanhopea,Oncidiums,Lycastes,Miltonias, Odontoglossums,Masdevallias, certains Dendrobiums,Cattleyas, Catasetums et des Paphiopedilums froids. La plupart des Cymbidiums peuvent supporter des températures nocturnes hivernales de 4° C ; beaucoup, d'ailleurs, ont besoin de ce stimulus pour bien fleurir.

Les vanda blanches ou jaunes, certains Dendrobiums sont particulièrement sensibles au froid et ne supportent pas une chute sous les 16°C ; ils sont particulièrement sujets à perdre leurs feuilles dès qu'ils sont exposés à des températures basses; les Cattleyas sont souvent un peu plus résistants.

Les semis et plantules, particulièrement celles dans les flacons et les pots collectifs, sont généralement beaucoup plus sensibles aux températures froides que les plantes matures.

Le matériel qu'il faut tenir prêt pour rentrer rapidement vos orchidées en cas d'urgence comprend des boîtes, des bacs de plastique ou des caissettes, et peut-être un chariot.

Il faut préparer d'avance l'endroit où on veut les disposer temporairement. Un garage, une chambre d'ami ou une salle de bain peuvent convenir. Assurer des conditions de culture idéales ne doivent pas trop vous préoccuper ; il ne s'agit que d'une courte période, jusqu'à ce que les gelées soient passées. Cet endroit peut également être recouvert par une protection en plastique, des bâches, pour isoler le sol ou tout autre paroi. On disposera suffisamment de lumière, de ventilation et de chaleur.

 

Protéger les plantes à l’extérieur.

 

Ne pas arroser les plantes la veille d'une nuit très froide ; moins il y a d'humidité, mieux la plante supportera le gel. À moins que la plante soit très sensible ou que les température s'annoncent très basses, il est préférable de protéger les plantes au maximum, plutôt que de les déplacer.Les dégâts se manifestent parfois plus rapidement si on les déplace constamment plutôt que de les laisser en place.

Tenez prêtes des couvertures, des nappes en plastique ou en tissu, En cas de gel inopiné.Toutes sortes de matériaux isolants peuvent convenir. Il faut quand même éviter de mettre les protections en plastique directement sur la plante ; le soleil et la remontée des températures peuvent produire assez de chaleur pour cuire les plantes. Mieux vaut les utiliser comme brise-vent pour la nuit, et les ôter ou les ouvrir en journée.

 

 

 

 

Protéger les serres.

 

Arroser les allées en fin d'après-midi, durant les journées chaudes.Cela augmente l'humidité de l’air et du sol dans l'environnement de la plante, ce qui ralentit la chaîne des températures. Le brouillard aide également à conserver la chaleur ambiante. Arrosage des allées ou brumisation seront d’autant plus efficaces si vous utilisez de l'eau chaude. Des ventilateurs peuvent aider à la protection contre le froid; les mouvements d’air permettent de garder des températures uniformes et distribuent la chaleur des radiateurs.

 

Traitement des plantes après un coup de froid.

 

L'environnement auquel les plantes sont soumises après un coup de froid détermine l'intensité des dégâts subis. Une lumière intense, une humidité faible et des températures élevées, après un refroidissement, peuvent provoquer chez les plantes tropicales une perte importante d’eau, via la transpiration. Des lésions sur les racines n’apparaîtront éventuellement qu’au printemps, quand les plantes sont stimulées par l'élévation des températures. L'absence de nouvelle pousse peut-être le seul symptôme visible d’un coup de froid hivernal, et à ce stade, on ne peut plus faire grand-chose pour y remédier.

 

Les plantes affaiblies ou endommagées sont plus exposées aux attaques de maladie, c'est pourquoi les producteurs doivent les tenir spécialement à l'œil, et éventuellement les traiter préventivement avec un fongicide. Un ombrage plus important peut également réduire la chaleur ou le stress d'humidité durant la période de rétablissement.

Si le pire arrive et que vos orchidées sont abîmées par le froid, ne croyez pas trop vite qu'elles sont mortes. Tenez les plantes au sec, maintenez-les dans une bonne humidité atmosphérique, à l'abri du soleil direct et des températures élevées. N'arrosez pas tant qu'il n'y a pas de nouvelle pousses. Quand la croissance a repris, arrosez d'abord à l’eau pure ; quand les nouvelles racines se développent, ajoutez un peu d’engrais bien pourvu d’oligo-éléments.

 

Le côté positif du froid hivernal est que, dans de nombreux cas , des périodes fraîches provoquent ou accentuent les inductions florales et la floraison.

 

 

S. Jone, dans Orchids, Magazine of American Orchid Society traduit par Doris et François